Mère inquiète?

Laisser un commentaire

novembre 25, 2012 par mespetitsgnomes

Je ne sais pas si ça fait de moi une mère indigne (si c’est le cas, j’assume). L’autre jour, alors que je donnais le bain à ma fille, je me suis surprise à penser: « si je n’avais jamais eu d’enfants, je n’aurais pas à m’inquiéter pour personne à part moi-même ». La pensée s’est rapidement faufilée dans ma tête et a vite déguerpi. Il faut dire que je suis une angoissée née pour mon T2.

Tout a commencé le jour où j’ai testé +. J’avais pleuré à chaudes larmes. Non…pas de joie. Mais plutôt d’appréhension. Je me rendais compte de la tâche titanesque qui nous attendait. Je me rendais compte que nous allions élever une petite personne. Cette petite personne allait totalement dépendre de nous. Nous pouvions en faire une bonne comme nous pouvions en faire une mauvaise personne. Est-ce que je vais savoir quoi faire? Est-ce que je vais être en mesure de lui donner ce dont elle aura besoin? Allait-elle tout bêtement « m’aimer »?

Après cela, plusieurs épisodes de saignement se sont succédés durant ma grossesse. À chaque fois, je m’imaginais le pire. La façon de me protéger a été de me détacher. Oui, on va garder ça comme ça jusqu’à ce que je la vois…si je la vois un jour. Je me suis fait reprocher de ne pas profiter de ma grossesse, de ne pas « acheter plein de trucs » pour mon bébé, d’être négative. Peut-être, mais c’était ma façon de gérer mes émotions.

À sa naissance, le trop-plein d’émotions a fait en sorte que je ne voulais plus m’en séparer. Je voulais m’assurer que rien ne lui arrive. Comme si j’essayais de rattraper le temps perdu durant la grossesse. Comme si je ne voulais pas que le bébé soit atteint par mon détachement durant ces 8 mois. Depuis, je me suis « calmée », mais j’ai des peurs. Peur que mon T2 ne parle pas, peur qu’il soit hyperactive, peur qu’il soit autiste (c’est ma dernière trouvaille). Le moindre truc pourrait me mettre la puce à l’oreille. Pourtant, cet enfant réalise des exploits à tous les jours. T2 parle de plus en plus, est sociable comme ça se peut pas, elle joue seule comme elle joue avec ses amis. La peur reste là, toujours prête à ressurgir.

Et là, un deuxième bébé en construction. Les peurs durant la grossesse sont là. Les peurs qu’il ait quelque chose de pas correct sont là. Les peurs de la rivalité fraternelle sont là aussi.

Pourtant, plus j’y pense, plus je me rends compte que je n’échangerais ma place pour rien au monde. Être inquiète avec mes enfants versus être en paix sans les avoir? Le choix est bien clair.

-xoxo-

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :